LA NOUVELLE GENERATION D ABLATION ENDOVEINEUSE PAR RADIOFREQUENCE

 

 

prod closurefast lrg 839

 La CLOSURE FAST  est un nouveau procédé pour traiter les varices par radiofréquence. A la différence du stripping qui enlève chirurgicalement les varices, la technique   utilise la  radiofréquence  délivrée par un cathéter - électrode pour fermer la veine. La chaleur  générée par cette électrode va entrainer une rétraction et une occlusion de la veine qui va disparaitre avec le temps.

A la différence du premier procédé de radiofréquence, qui utilisait une électrode dont seule l'extrémité pouvait chauffer , la  Fast s'effectue à l'aide d'un cathéter-électrode dont les 7  derniers cm vont transmettre la radiofréquence à la veine. Ainsi c'est 7 cm de veine qui vont s'occlure en quelques secondes. De plus avec la  Fast on obtient des températures de chauffe supérieures  qu'avec la procédure standard ,ce qui permet une fermeture plus facile de la veine. Le traitement d'une saphène en totalité ne demande que quelques minutes et est donc beaucoup plus rapide.La Fast est effectuée en hospitalisation ambulatoire et ne nécessite aucune immobilisation. La procédure est effectuée sous contrôle échographique.

 

 

closurefast 1

Etape 1

Le Catheter est positioné à 2cm sous la jonction saphéno femorale . Une anesthésie locale par Tumescence  à été préalablement réalisée .

closurefast 2

Etape 2

Il suffit de 20 secondes pour traiter des segments de 7cm de long.La veine est ainsi traitée par étages successifs.

closurefast 3

Etape  3

Le cathéter peut ainsi être  facilement descendu dans la veine et repositionné à des niveaux étagés.

Pendant le repositionnement,aucune énergie n'est délivrée.

closurefast 4

Etape 4

Pour traiter environ 45 cm de veine saphène il ne faut que 3 à 5 minutes(soit environ 7 segments)

 

 

VOIR LA VIDEO ClosureFAST™ Procedure Animation Video

 

Principe : le laser agit par action thermique en trois étapes successives : conversion de la lumière en chaleur qui varie en fonction du milieu dans lequel la lumière est délivrée et de la longueur d’onde émise, transfert de chaleur par conduction dans les tissus de la paroi veineuse, puis destruction thermochimique du collagène .Différentes longueurs d’onde sont utilisées : 810, 940, 980, 1064, 1319 et 1470 nanomètres.

les varices 402

EVLTTechnique : mini-abord veineux au-dessous du segment à traiter, le plus souvent sous le genou, par phlébectomie ou ponction percutanée échoguidée. Montée d’un fil guide métallique puis d’un introducteur sur le fil guide qui va permettre d’introduire la fibre laser, le tout sous échocontrôle. Après avoir réalisé une tumescence du compartiment saphène pour vider la veine, la refroidir et l’éloigner du plan cutané, le tir laser est effectué en continu ou discontinu, de manière à délivrer au moins 60 joules par cm de veine traitée.
Avantages : pas de limite de calibre, mais procédure non contrôlée nécessitant un apprentissage.
Contre-indications : la présence de tortuosités trop importantes sur le vaisseau à traiter.

La procédure 


La Radiofréquence est effectuée en ambulatoire. Sous échographie, le cathéter  est positionné dans la veine malade à travers une petite ponction pratiquée dans la peau. Ce fin cathéter alimenté en énergie radiofréquence transmet de la chaleur à la paroi veineuse. L’énergie thermique délivrée entraîne une rétraction de la paroi veineuse et son occlusion.
Après la procédure, un simple pansement est appliqué sur le point d’insertion et un pansement compressif ou bas de contention est posé.
La marche est autorisée le jour même et en général, les patients qui subissent la procédure reprennent leurs activités le lendemain.

 

Dans les autres pays…

Quatre études de dépistage dans la population masculine ont été réalisées (deux en Angleterre, une au Danemark, une en Australie). Dans ces études, le dépistage a été proposé à une moitié de la population. Il a été montré que ce dépistage réduit le risque de décès par rupture d’AAA. Le dépistage double le nombre de malades opérés à froid d’un AAA avant la rupture. Un dépistage chez l’homme de 65 ans est donc souhaitable avec une réévaluation potentielle 8 à 10 ans après.

En raison de ces résultats, les anglais ont décidé un programme de dépistage chez les hommes à partir de 65 ans, étalé entre 2009 et 2015 ; les américains proposent de dépister les hommes fumeurs entre 65 et 75 ans.

Des études pilotes ont démarré en Italie et en Suède (incluant aussi les femmes).

En France la haute autorité de santé (HAS) étudie le dossier.

Source:1)  Communiqué de presse des Hopitaux de Lyon (Décembre 2010) :

L'Anévrisme de l'Aorte Abdominale (AAA) : un danger silencieux pour les hommes de plus de 60 ans

 

2 ) Revue Médicale Suisse: Faut-il réaliser un dépistage systématique des anévrismes de l’aorte abdominale ?revue.medhyg.ch/article.php3

Contact

Dr. Alain Azencott
23 Rue Hoche
06400 Cannes (France)
Tél. : (00 33) 04 93 99 77 77
Fax : (00 33) 04 93 68 37 37

Vos questions

Tout savoir sur les maladies vasculaires
Les réponses à vos questions
faq

Restez connecté

S'inscrire à la newsletter

Recherche